LIBERTINAGE CINQ FAUX CLICHÉS 

LIBERTINAGE CINQ FAUX CLICHÉS 

Le libertinage est un formidable terrain à l’épanouissement sexuel. Et pourtant, de nombreux clichés lui mènent encore la vie dure. Pour redorer l’image du libertinage, nous cassons ici les 5 clichés les plus répandus.

Cliché #1 : Le libertinage est l’excuse des infidèles

Pourquoi c’est faux :

Les libertins font une distinction importante entre plaisir sexuel et lien amoureux. Pour eux, la sexualité sans attache sentimentale est totalement extérieure au couple qu’ils forment avec leur conjoint. Le libertinage n’est donc pas vécu comme une infidélité, dans le sens où les sentiments amoureux ne rentrent pas en ligne de compte.

De plus, une grande majorité des libertins pratiquent en couple. Dans ce cadre, c’est le couple en tant que tel qui souhaite évoluer vers cette forme de sexualité. Le couple se rend en club ensemble, en ayant en amont défini des règles qui lui conviennent. Le couple assure les limites de chacun en matière de fidélité. Par exemple, de nombreux couples libertins refusent de pratiquer seul chacun de son coté.

Le libertinage n’est donc pas réservé aux infidèles, au contraire. C’est une dynamique sexuelle pour un couple qui cherche à se donner du plaisir dans un cadre bien défini. Et un couple épanoui sexuellement, forcément, ça ne donne pas envie d’être infidèle !

Cliché #2 : Etre libertin revient à être bisexuel

Pourquoi c’est faux :

Le libertinage est souvent réduit à l’image d’orgies, où tout le monde se mélange sans distinction de sexe. Oui, certains libertins pratiquent ce genre de soirée et ont des expériences avec des personnes de même sexe qu’eux. Sont-ils pour autant revendiqués comme bisexuels ? C’est à eux de voir où ils placent les étiquettes qui les caractérisent !

Le libertinage est un ensemble de pratiques beaucoup plus vaste que les soirées d’orgie.  Par exemple, il est possible de pratiquer l’échangisme en restant dans un schéma hétéro classique. Les femmes échangent leur partenaire masculin, et c’est parti pour une soirée de folie !

Cliché #3 : Libertinage et pratiques SM vont de paire

Pourquoi c’est faux :

De la même manière que le libertinage reste souvent trop évoqué aux soirées d’orgie… il garde une image assez SM, qui lui colle à la peau pour de fausses raisons. On imagine souvent les clubs libertins  regorger de menottes, de fouets et autres objets SM. Pourtant, les pratiques de domination/soumission sont au final assez peu répandues en matière de libertinage. De la même manière qu’elles sont peu répandues dans les couples qui ont une sexualité plus classique !

Il est donc tout à fait possible de pratiquer le libertinage en restant du coté soft de la sexualité. Simplement en échangeant ses partenaires, en faisant un plan à trois, à quatre, … bref, tout ce qui vous tente sans pour autant sortir la combinaison en latex !

Le libertinage est un type de sexualité libre. Chacun fait ce qui lui plait ! Et certains aiment juste un moment de tendresse partagé, sans martinet !

Cliché #4 : Le libertinage n’a aucune règle

Pourquoi c’est faux :

S’il y a bien un cliché qu’il faut s’ôter de la tête si vous voulez tester le libertinage, c’est bien celui-là ! Le libertinage répond en effet à des codes très précis. Ils permettent de s’assurer d’un respect mutuel entre les participants et d’éviter tous dérapages ! Au final, le libertinage est plus codifié qu’une soirée drague classique. Les dragueurs compulsifs, les gros lourds sont vite raccompagnés à la porte.

Hygiène impeccable, règles de bonne conduite, espaces privatisés, surveillance. Les clubs libertins mettent tout en œuvre pour que leurs clients passent une bonne soirée. De plus, dans la communauté même des libertins, de nombreuses règles viennent assurer le respect de tous. Par exemple, un simple « non » ou geste de refus permet de repousser les avances de partenaires potentiels. Que vous soyez sur la piste de danse ou dans le feu de l’action, un non est un non. Les coins câlins sont également codifiés : si vous souhaitez rester tranquille et ne pas accepter de nouveaux partenaires, vous pouvez fermer la porte. Tout le monde demande de toute façon l’autorisation avant de se joindre à une partie de jambes en l’air. Personne donc ne vous sautera dessus en vous prenant… au dépourvu !

Petite réflexion : cette note de consentement ne devrait-elle pas être appliquée systématiquement dans toute relation de drague ou de sexe ? La sexualité dite « classique » a décidément bien des choses à apprendre du libertinage …

Cliché #5 : Le libertinage est une pratique subie par les femmes pour les hommes

Pourquoi c’est faux :

En matière de libertinage, une chose est à retenir, les femmes sont reines. C’est elles, et elles seules, qui valident les pratiques sexuelles qu’elles veulent réaliser. Dans tous les clubs, si une femme ne souhaite pas quelque chose, il suffit qu’elle le dise et tout s’arrête. Ce sont les femmes qui acceptent la drague.  Elles qui débutent les parties de sexe. Elles qui demandent à leurs amant(e)s ce qui leur ferait plaisir, etc … Même dans les soirées où il y a très peu de femmes, ou dans les gang bang. Si les femmes se sentent mal à l’aise pour quoi ce que soit, tout se stoppe immédiatement. Le respect est roi en matière de libertinage, on vous l’a dit !

L’idée alors d’une femme qui subit cette pratique pour faire plaisir à son partenaire est très loin de la réalité ! A noter aussi : dans certains couples, ce sont les femmes qui initient leur partenaire ! Et là, forcément, le libertinage est une pratique parfaitement assumée par la femme. Elle s’affirme dans sa sexualité et ose réaliser ses fantasmes et ceux de son partenaire, en toute liberté !

La liste des clichés qui entourent le libertinage est encore longue. Si nous n’avions qu’un seul conseil à vous donner, ce serait le suivant : Essayez, et faites-vous votre propre idée !…